Voici le témoignage de feu le Maire Mamadou Diop lors du Procès de Khalifa Sall –

Voici le témoignage de feu le Maire Mamadou Diop lors du Procès de Khalifa Sall

Monsieur le juge,
Moi Mamadou Diop, ancien maire de Dakar, je jure de dire la vérité.

« KHALIFA ABABACAR SALL est mon fils. Nous avons des liens de parenté, mais quand je le connaissais, il n’avait que 17ans. Cet homme digne, dévoué à son peuple, serviteur désintéressé, respecté car respectable, à la compétence reconnue et saluée par tous a été mon adjoint pendant 17ans. Il fût de la race rarissime de ses adjoints travailleurs, intègres, loyaux, d’une compétence inégalable.

Monsieur le juge,
J’ai enseigné les finances publiques à l’Ucad.
J’ai écrit des livres sur les finances publiques.
Je vous dis que ces fonds sont politiques et pas autre chose. Il y’avait une grande réforme de la ville de Dakar, instituée par le président du conseil de la municipalité et nous étions la seule commune à en bénéficier.
Quand nous devions recevoir des hôtes, les acteurs politiques étaient financés par des fonds politiques. Feu le président Léopold Sedar Senghor avait accepté d’inscrire les crédits dans le cabinet. Ces fonds politiques servaient aux populations, toutes couches confondues. J’ai eu à les gérer.

Monsieur le juge,
Concernant le décret portant réglementation de la caisse d’avance, je vous dis que sa procédure est exclusivement d’ordre politique. J’ai été responsable politique pendant près d’un demi-siècle, ces fonds sont nécessaires pour n’importe quelle action politique. C’est le décret 2003 qui régit les deniers publics. Dans tous les grands ministères de souveraineté, vous verrez des dépenses diverses. C’est primordial pour un État qui se respecte car se voulant serviteur de ses administrés.

Monsieur le juge,
Pour le domaine commun, il y’a le budget de la ville. Le maire ne voit pas la couleur de la caisse d’avance. Quand j’ai été député, j’ai eu à gérer les fonds politiques de feu l’ancien premier président Senghor. Si on se permet maintenant de dévoiler des secrets d’État, c’est fini pour la République. Je suis en train de décrire la gouvernance du pays. J’ai 82 ans dont 60 au service de ma chère patrie. Les fonds politiques n’ont pas de traces car ils sont communément appelés les actes de gouvernements et dans ce monde, aucun gouvernant ne peut vous expliquer qu’il n’a pas utilisé de fonds politiques.

Monsieur le juge, On ne peut pas avoir la foi et ne pas porter la bonne foi ».

JUGEZ EN DROIT ET LIBEREZ KHALIFA ABABACAR SALL !

@@@@@

REPOSE EN PAIX MAMADOU !

A propos Geezer 24248 Articles
Passionné de sport et d'actualité,retrouvez moi tous les jours sur Sanslimitesn.com pour découvir les actus chauds du jour.Merci

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*