« Macky Sall et sa jeunesse ou l’expression d’un sentiment de déception » –

« Macky Sall et sa jeunesse ou l’expression d’un sentiment de déception »

À quand les jeunes dans beaucoup de postes à responsabilité gouvernementale ? La précision de l’adverbe BEAUCOUP a son sens ici car il est bon de préciser. Au Sénégal, pour ce qui nous concerne particulièrement, les jeunes sont impliqués, mais peu et à des niveaux très bas dans les sphères décisionnelles.

Au soir du 24 février 2019, la Coalition Benno Book Yaakar a reconduit son candidat le président Macky Sall pour un second mandat de cinq (5) ans. Face à de très redoutables candidats, tels que Ousmane Sonko et Idrissa Seck, le candidat Macky Sall passe triomphalement au premier tour.

Cette victoire est donc obtenue, après des mois de travail sur le terrain, par des voies connues de tous les observateurs mais aussi et surtout par les principaux acteurs de sa réélection. L’Apr s’est bien distingué dans ce combat de la réélection du président Macky Sall.

À cet effet, jamais les jeunes de l’Alliance Pour la République (APR) d’une part et les autres  du camp des alliés, ne s’étaient autant investis pour la réélection de leur candidat. Nous avions vu des jeunes, ceintures et chaussures biens nouées, scander les rues et ruelles de Dakar et des régions des profondeurs à la rencontre d’inconnus électeurs. Courage en bandoulière, ces jeunes ont bradé les dangers de la nuit pour convaincre femmes, jeunes et vieux pour le choix du candidat Macky Sall.

Mais voilà qu’aujourd’hui, après près d’une année de la réélection du président Macky Sall, que cette « vaillante jeunesse » assise sur le socle de la patience qui ne dit pas son nom et dont je me fais le rôle ou la mission de défendre ici, semble laissée à elle et à son sort malheureux, ne bénéficiant presque d’aucune forme de récompense. On se sent utilisé. On le murmure entre tous les quatre murs. Nous on le dit ici à voix toute haute.

Disons-le ! Cette situation n’est imputable à personne d’autre qu’aux jeunes de la majorité présidentielle eux-mêmes. Le grand problème avec ces jeunes d’aujourd’hui dans les partis et mouvements politiques, et Macky Sall qui l’a bien réussi l’exploite bien à son grand avantage, c’est leur attitude et leur comportement « vieillardesques » au sein de l’Apr et de Benno Book Yaakaar.

Il a réussi à faire de cette jeunesse un groupe de personnes plus vielles que les vieux, plus sages que les sages, plus amollies que l’éponge et plus vertueux que Bouddha et mieux encore, plus pieux que les prophètes. En politique les choses se gagnent par le combat ou par le lobbying et ce que le lobbying n’a pas réussi seule la lutte le donnera. Le combat de la jeunesse n’est pas toujours le combat de la sagesse. Il faut que jeunesse s’exprime !

Dans la marche normale des choses, les jeunes dans un parti politique sont l’expression de la vigueur, de l’énergie, de la révolte mais aussi et surtout de la véhémence. Ils sont le symbole de la hardiesse, de l’entêtement, de l’audace mais aussi de la constance dans le combat.

Face à leur volonté, souventes fois, on assistait à une prise en compte de leur revendication. Mais face à une jeune docile, bien domptée, manœuvrable, malléable et maniable, le président Macky Sall n’est jamais contraint  de répondre à leurs très abouliques et très inaudibles revendications, murmurées nuitamment dans les trous des puits. On a peur de faire face. On a peur de tout perdre.

Donc, si aujourd’hui nous avons une jeunesse utilisée dans les partis pour les besoins de massification, de mobilisation et d’animation de ces organisations  politiques à buts électifs, c’est simplement à cause de leur manque d’austérité, de rigidité et de refus face à un leader ou des leaders qui ont fini de se servir d’eux. Jeunesse égale à force, souveraineté et potentialité d’action. Si elle est faible, elle meurt écrasée par les arrivistes.

Ainsi, parce qu’incapables d’imposer aucune loi, ils sont peu servis, relégués au second plan et ne bénéficient ou peu de la considération au moment où les chaises à occuper sont encore très nombreuses alors qu’il existe des jeunes formés, capables de réussir dans beaucoup de Directions et autres agences étatiques  aux missions diverses et nombreuses.

Il appartient donc à la jeunesse de l’Apr, de tous les partis politiques, d’imposer et d’assigner une autre manière de faire avec eux, dans leur accompagnement avec le chef. Soit on est bien ensemble, soit en se sépare !

Par Cheikh Tidiane KANDE
A propos El capo 27672 Articles
Moussa Cissé : En tant que passionné de sociologie, je vous fais découvrir mes réflexions et études sur la vie des gens, je fais aussi des analyses sur les événements marquants de l’actualité au Senegal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.