La CPI demande l’arrestation immédiate du fils de Kadhafi –

La CPI demande l’arrestation immédiate du fils de Kadhafi

Alors qu’un groupe armé libyen a affirmé avoir libéré le fils de l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, celui-ci est toujours activement recherché en Libye. Dans un communiqué publié ce mercredi, la Cour pénale internationale a exigé son arrestation immédiate, afin qu’il soit jugé pour crimes contre l’Humanité.

La brigade qui détenait Seif al-Islam Kadhafi a assuré l’avoir libéré vendredi 9 juin, en vertu d’une nouvelle loi d’amnistie édictée par les autorités de l’Est libyen, lesquelles sont soutenues par les Émirats arabes unis et l’Égypte et rivales du gouvernement d’union nationale (GNA) installé à Tripoli. Pourtant, le mystère reste entier quant à son sort. En début de semaine, Ibrahim Massoud Ali, du bureau du procureur général de Tripoli, avait assuré que Saïf al-Islam était toujours activement recherché par les autorités judiciaires de Tripoli.

Un mandat d’arrêt pour crimes contre l’Humanité

L’annonce de sa prétendue libération a également fait réagir la Cour pénale internationale (CPI) qui, dans un communiqué transmis à Jeune Afrique mercredi 14 juin, demande à ce que la Libye, et tous les États compétents, procèdent « immédiatement » à son arrestation, et ce, « indépendamment de toute prétendue loi d’amnistie » en Libye. « Aider un fugitif à se soustraire à la justice ne saurait être toléré, et M. Kadhafi doit être remis à la Cour » insiste la procureure de la CPI, ajoutant que les « États et entités concernés » sont invités à transmettre à son bureau « tout renseignement pertinent dont ils disposeraient ».

En juin 2011, la CPI avait lancé un mandat d’arrêt pour crimes contre l’Humanité à l’encontre de Seif al-Islam Kadhafi. Le fils de l’ancien dictateur libyen est notamment accusé d’avoir joué un « rôle-clé dans la mise en œuvre d’un plan » conçu par son père, visant à « réprimer par tous les moyens nécessaires » le soulèvement populaire.

Le commandant de la Brigade Abou Bakr al-Sadiq également recherché

La procureure de la CPI Fatou Bensouda demande également à ce que soit arrêté et remis à la Cour Mohamed Khaled Al-Tuhamy, le commandant de la Brigade Abou Bakr al-Sadiq qui détenait Seif al-Islam. Depuis le 24 avril 2017,  l’homme est lui aussi sous le coup d’un mandat d’arrêt de la CPI et doit répondre de « crimes contre l’Humanité, d’emprisonnement, torture, persécution et autres actes inhumains, et des crimes de guerre de torture, traitements cruels et atteintes à la dignité de la personne, commis en divers lieux sur le territoire libyen en 2011 », indique le communiqué.

Saïf al-Islam Kadhafi avait été capturé un mois après la mort de son père, en novembre 2011. Depuis détenu au secret, l’ex-dauphin du « Guide » est poursuivi à la fois par la CPI et par les autorités libyennes. En 2015, un tribunal de Tripoli l’avait condamné à mort, en son absence, pour crimes de guerre.

A propos El capo 24592 Articles
Moussa Cissé : En tant que passionné de sociologie, je vous fais découvrir mes réflexions et études sur la vie des gens, je fais aussi des analyses sur les événements marquants de l’actualité au Senegal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.