Situation ivoirienne : Le message de Macky aux mutins –
PUBLICITE

Situation ivoirienne : Le message de Macky aux mutins


La situation qui prévaut actuellement en Côte d’Ivoire émeut plus d’un. Ce mardi, le chef de l’Etat, Macky Sall, qui recevait son homologue ghanéen au palais de la République a envoyé un message aux mutins ivoiriens. «Je lance un appel ici aux membres des forces de défense et de sécurité à rejoindre leurs casernes et à continuer les discussions et le dialogue avec le Président Ivoirien et son gouvernement, pour que les questions posées soient réglées dans le cadre de négociations normales, dans le cadre d’une République où, certainement, des engagements ont été pris, mais où également la conjoncture liée au prix du cacaco a entraîné difficultés pour le pays», a indiqué le chef de l’exécutif sénégalais face à la presse ce mardi.

En effet, le Président Macky Sall estime que la situation que vivent les ivoiriens «est très regrettable». Ce, parce que le pays qui sort d’une crise récente, est encore, comme la plupart de nos Etats, dans une situation fragile. «Nous avons échangé avec le Président Ouattara, nous souhaitons le retour au calme (…). C’est dans la discussion que des solutions seront trouvées. Et je pense que le président Ouattara est très disposé à poursuivre ces discussions. Nous lui apportons tout notre soutien. Nous souhaitons que les soldats regagnent leurs casernes et que leurs droits soient respectés», a ajouté le Président Sall non sans ajouter que la Cedeao s’est saisie de la question.
Son hôte Ghanéen, le Président Nana Akufo Addo s’est, lui aussi, montré très préoccupé par la situation ivoirienne Il a rappelé que la Cedeao a montré son inquiétude face à une telle situation, non sans prier pour un règlement pacifique et rapide de cette situation.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.