ISRAËL. « Le monde de Netanyahou s’est écroulé »

ANNONCES

10923193-18073762

Obama quitte la scène internationale en dénonçant la colonisation à quelques semaines de la conférence de Paris. Pour Yossi Beilin, ancien ministre de la Justice israélien et architecte des accords d’Oslo, la paix est encore possible.

Ancien proche de Shimon Peres, plusieurs fois ministre dans des gouvernements de gauche, Yossi Beilin est l’architecte des accords d’Oslo de 1993, puis de l’initiative de Genève, dix ans plus tard, qui prévoyait un plan de partage détaillé de la Cisjordanie. Interview.

Le « lâchage » d’Israël par son allié américain au Conseil de Sécurité vous surprend-il ?

Non car on prévoyait qu’Obama profiterait de ses derniers jours au pouvoir pour faire quelque chose. Il a choisi l’option la plus consensuelle au sein de la communauté internationale : la dénonciation de la colonisation. Vu son absence de résultats sur le conflit israélo-palestinien, il était obligé de faire un geste avant de quitter la scène.

A la différence des textes précédents, celui-ci prévoit un contrôle tous les trois mois par le secrétariat général de l’ONU de l’avancée de la colonisation. A partir du moment où Israël sait que son action en Cisjordanie fera l’objet d’un rapport régulier au Conseil de Sécurité, il sera plus prudent. C’est un frein important pour les décisionnaires israéliens, y compris psychologique. Cela ne signifie pas q

ANNONCES

A découvrir aussi
    App mobile

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Partages de cet article