PUBLICITE

Idrissa Seck, le sionisme et la franc-maçonnerie



Idrissa Seck, le sionisme et la franc-maçonnerie

Ministre, ministre d’État, Maire, premier ministre puis candidat malheureux aux élections présidentielles au Sénégal. Le chef de file du parti Rewmi (opposition) accumule les maladresses et les dérives dans sa quête de faire tomber le régime de son rival, Macky Sall. Provoquant la colère des sénégalais et de l’ensemble du monde musulman, l’ancien premier ministre d’Abdoulay Wade a émis, lors d’une récente sortie médiatique, des doutes sur le lieu de pèlerinage de l’Islam. Les réponses à cette « provocation » n’ont pas tardé. En effet, théologiens, responsables politiques et simples citoyens avaient dénoncé « une attaque contre les fondements de l’islam ». Retour sur les détails du jeu trouble d’un prétendant à la présidence.

« Dieu, dans le Coran ne parle pas de Makkah, mais de Bakkah, qui renvoie étymologiquement aux pleurs, pourquoi est-ce qu’on penserait que le lieu de pèlerinage serait la Mecque et pas Jérusalem. Moi, j’ai la preuve de l’endroit exact où c’est, mais j’en parlerai à vous deux réunis : Israéliens et Arabes… ». Ces paroles, balancées aux médias par Idrissa Seck, sourire aux lèvres, ont sonné comme une provocation dans tout le monde musulman. Journaux, théologiens et simples citoyens ont dénoncé cette attaque contre « les lieux saints de l’Islam ».

Ces déclarations, ainsi que d’autres à propos de la question palestinienne, ont ravivé les doutes sur les intentions de celui qui compte briguer la présidence du Sénégal. En effet, en remettant en question l’un des piliers de l’Islam, le politique « aux ambitions démesurées » savait sans doute à quoi s’attendre. Selon ses proches, l’homme est capable de tout pour arriver à ses fins. Assoiffé de pouvoir, il n’a pas eu le choix. En effet, son attaque contre la sacralité de la Mecque, dans un pays majoritairement musulman, lui a été dicté par ceux dont il cherche à avoir le soutien à tout prix.

Argent, parrainage et Franc-maçonnerie.

« On ne se met pas à dos tous les théologiens et les croyants du monde musulman par choix », nous a affirmé une source proche de ce dossier. « Il multipliera les sorties et les attaques contre les fondements de la religion pour s’assurer le soutien de la Grande loge de France (GLDF) ». En effet, M.Seck est l’un des premiers hommes politiques sénégalais à faire son entrée dans ce groupement franc-maçonnique. Parrainé par son ami lobbyiste-sioniste, Jacques Attali, Idrissa Seck va devoir faire ses preuves pour se positionner au sein du groupement.

Le parrainage accordé par Jacques Attali vient confirmer ses propos lors du « Congrès juif mondial » de 2014. Celui qu’on présente comme l’artisan discret du communautarisme juif et sioniste sur la scène internationale avait appelé au soutien des familles riches dans les pays musulmans. « Nous avons besoin de musulmans riches. Nous avons besoin de familles fortunées et nous avons besoin qu’elles financent leurs propres organisations… », avait-il souligné dans son discours en cette occasion.

En adhérant à cette loge le 22 avril dernier, l’ancien maire de Thiès a eu le feu vert pour l’obtention des financements nécessaires pour la mise en place d’une université numérique dans la ville. Le projet qu’il compte entreprendre avec son mentor, Jacques Attali, a eu la bénédiction de ce Lobby aux objectifs bien affichés. En effet, le nouvel établissement servira les plans d’Attali déclaré lors du congrès précité. Cherchant à intervenir dans les sociétés musulmanes, l’homme évoquait alors « la nécessité de la création d’une bourgeoisie musulmane pour un monde plus pacifique ». Pour faciliter cette intervention le choix a été porté sur Seck, a confirmé notre source, établie en France.

« L’étrange fortune d’un ancien Premier ministre sénégalais »

Le 8 mai 2013, le magazine d’actualité « Le Point » s’est intéressé à la fortune de l’ancien responsable Sénégalais. Dans un article signé par les journalistes Mélanie Delattre et Christophe Labbé, l’hebdomadaire français avait apporté un éclairage sur les accusations pour corruption à l’encontre de celui qui fut un temps le dauphin de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade et son premier ministre. Des accusations portées par le fils du précédent chef d’État, Karim Wade.

Rattrapé à l’époque par la justice pour avoir amassé sous le règne de son père plus d’un milliard d’euros, le jeune Wade avait accusé l’ancien premier ministre de son père d’avoir reçu 100 millions de francs CFA, soit 200 000 francs, de Jacques Chirac alors à l’Élysée, écrivait le magazine français. « Et Karim Wade de préciser que la remise d’argent s’est faite en 1999, au moment où Wade alors exilé préparait son retour au pays. Jacques Chirac serait intervenu par l’intermédiaire de l’avocat Robert Bourgi pour qu’Idrissa Seck trahisse Wade au profit de son ami de toujours, Abdou Diouf », lit-on sur les colonnes du média français.

Creusant dans le passé de celui qui était le maire de la ville de Thiès (deuxième ville du Sénégal), les journalistes de « Le Point » avait assuré que « depuis longtemps, la presse locale s’interroge sur l’origine de la fortune d’Idrissa Seck ». « Le responsable avait déjà été inculpé et incarcéré par la Haute Cour de justice, qui l’accusait de malversations financières à l’occasion de chantiers dans sa ville lorsqu’il était Premier ministre » toujours selon les précisions de ce journal connu pour ses enquêtes et investigations. Pour ce média, le train de vie d’Idrissa Seck a poussé les Sénégalais à se poser des questions. « Tout récemment, une virée en jet privé entre Dakar et Paris a ravivé les soupçons de la presse sénégalaise sur l’argent d’Idrissa Seck… », concluaient les journalistes.

Afriqueconfidentielle.com


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.