ANNONCE PUBLICITE

Fatou Bensouda : “ L’union africaine accuse la Cpi à tort”

ANNONCE

d63637e50943fbee504479cbf9126bfb802b4cbcFatou Bensouda, Procureure de la Cour pénale internationale (Cpi), espère que la proposition kenyane pour le retrait des pays africains de la Cour pénale internationale lors du dernier Sommet de l’Ua qui s’est tenu à Addis Abeba, ne sera pas concrétisée. Elle pense qu’on fait un mauvais jugement à la Cpi. “Ce qui se passe véritablement aujourd’hui, c’est toute cette perception inexacte créée autour de la Cpi, à savoir que celle ci cible injustement l’Afrique et, par conséquent, ils doivent se retirer de la Cour.

ANNONCE

Cependant, si vous vous en tenez à la réalité, cette perception ne s’appuie pas sur les faits pertinents sur le terrain. Prenez les dossiers sur lesquels nous travaillons en ce moment. Ils découlent de cas soumis à la Cpi par des Africains qui nous demandent d’intervenir. Si vous considérez le soutien particulier que nous recevons des pays africains, non de l’Union africaine en tant que bloc, vous verrez que les Etats africains coopèrent beaucoup avec nous. Même des États non signataires coopèrent avec la Cour. Partant des raisons ayant présidé à la création de la Cpi et des valeurs de l’Acte constitutif de l’Union africaine, vous verrez que nous avons les mêmes positions sur la lutte contre l’impunité et la nécessité de se pencher sur les exactions de masse commises contre des citoyens.

Ce que nous devrions faire en tant qu’entités séparées respectant chacune le mandat de l’autre, c’est de nous entraider dans l’éradication de ces crimes sur notre continent. Pour ce faire, nous devons nous unir et dire que nous ne tolérerons plus l’impunité. La Cpi jouera son rôle et l’Ua fera de même”, dit-elle dans un entretien avec “Sud quotidien”.

“Cette menace de retrait -et là je parle en tant qu’Africaine et non en qualité de procureur -est un recul pour le continent. Si nous laissons cela se produire, cela signifie que nous croyons qu’il n’y aurait plus de reddition de comptes- du moins pour certaines personnes – pour les crimes qu’elles ont commis sur le continent. Ne l’oublions pas, l’Afrique a joué un grand rôle dans la création de la Cpi et le démarrage effectif de son travail. Les dirigeants africains ont opté pour l’État de droit plutôt que le conflit en soumettant des cas à la Cpi. Ce sont là les avancées et la trajectoire que nous devons suivre et non penser à un retrait de la Cpi, surtout pour des motifs infondés”, soutient-elle.

“Nous avons commencé en Ouganda, en Rca (République centrafricaine) et en Rdc (République démocratique du Congo) parce que ce sont ces pays qui ont en premier décidé de soumettre des dossiers à la Cpi.  Néanmoins, la Cpi mène aussi ses travaux en dehors du continent africain. En janvier, nous avons reçu des juges de la Cour l’autorisation de commencer des enquêtes en Géorgie et des examens préliminaires sont en cours, entre autres en Afghanistan, en Palestine et en Irak. En Irak, nous procéderons à l’examen de la conduite des forces britanniques et nous nous pencherons plus particulièrement sur les présumés sévices infligés aux détenus dans ce pays”, éclaire-t-elle.

Elle jure qu’elle n’hésiterait pas à prendre une décision si les paramètres régissant ses compétences sont réunis pour n’importe quel dossier. “Je dis qu’accuser la Cpi de cibler l’Afrique ne repose sur aucun fait pertinent, et je vous donne des exemples concrets prouvant que la Cour travaille aussi hors de l’Afrique”, se défend-elle. 

 

Auteur: SenewebNews – Seneweb.com

ANNONCE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*