ANNONCE PUBLICITE

« Le cas Arturo Vidal est réservé à un spécialiste médical ! »

ANNONCE

Incroyable scénario en Amérique du Sud, alors que l’Argentine était au pied du mur, et sur le point de se faire éliminer dès les phases de qualifications, la sélection emmené par Lionel Messi est parvenu à se qualifier, et ce malgré un but encaissé dès la première minute. Mais derrière, le véritable coup de théâtre a été l’élimination du Chili.

ANNONCE

En effet, la sélection emmenée par Arturo Vidal et Alexis Sanchez ne passera même pas par les barrages, et devra donc regarder le Mondial à la télé. Un véritable coup dur, pour une sélection qui avait l’habitude de jouer la Coupe du Monde.

Derrière, c’est une véritable chasse à l’homme qui a débuté, le sélectionneur Juan Antonio Pizzi, est sur le point d’être licencié, et Arturo Vidal a déclaré prendre sa retraite internationale. Mais l’ancien sélectionneur Jorge Sampaoli (qui a depuis pris les reines de l’Argentine) a eu visiblement beaucoup de mal avec le milieu du Bayern Munich, en témoigne ses déclarations publiées par Las Últimas Noticias, à l’encontre de l’ancien milieu de la Juve :

« Le cas Arturo Vidal est réservé à un spécialiste médical. Il aime boire et ne sait pas se contrôler.

Une fois, quand nous prenions l’avion, il m’a demandé s’il pouvait ouvrir une bière qu’il avait acheté à l’aéroport.

Je lui ai dit non, lui et d’autres se sont partagés une bouteille de whisky. »

ANNONCE

Arturo Vidal n’est d’ailleurs pas le seul à en prendre plein la gueule :

« Il y a des joueurs qui ne donnent pas l’exemple. Eduardo Vargas, chaque fois que je le vois, il est pire que la fois précédente.

Matías Fernández n’affiche pas le niveau nécessaire pour jouer en sélection. Mauricio Pinilla ne pense qu’à faire la fête quand je le convoque. »

On connaît maintenant mieux pourquoi Sampaoli a préféré quitter la sélection chilienne. Arturo Vidal va devoir montrer un tout autre visage en Allemagne.

Dans le cas contraire, le milieu chilien pourrait bien se retrouver sur le banc face à une concurrence qui arrive petit à petit (Tolisso, Rudy, et peut-être bientôt Goretzka)…

planetemercato

ANNONCE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*