Meurtre de Ndioba Seck : Les témoignages émouvants de sa mère –

Meurtre de Ndioba Seck : Les témoignages émouvants de sa mère

On en sait un peu plus sur l’histoire de la jeune dame retrouvée morte à Guinaw Rail arrêt Sips. En effet il s’agit du corps de Ndioba Seck, tuée, dans la nuit du dimanche au lundi. Cette dernière, était âgée d’une vingtaine d’année, célibataire. Elle était mère d’un enfant de 2 ans .Sa mère, bouleversée par la surprenante et triste nouvelle, inconsolable, est revenue sur les derniers instants passés avec la disparue.
« Je suis un peu alitée ces derniers jours et Ndioba était toujours à mon chevet. Elle travaille comme ménagère et rentre tous les jours à 14h. Elle n’a aucune fréquentation douteuse », a d’emblée précisé la vieille dame qui, malgré la douleur, tente de dérouler le film des événements.
« Le jour des faits, c’est à dire le dimanche 26 janvier 2020, elle était dans ma chambre pour s’enquérir de ma situation sanitaire. Tout d’un coup, son téléphone a sonné. Je ne sais pas celui ou celle qui était au bout du fil mais, après une brève discussion avec son interlocuteur, elle est sortie tout en me rassurant qu’elle ne va pas tarder à rentrer. Je ne connais pas l’heure exacte mais, j’avais déjà accompli la dernière prière de la journée. Hélas, elle n’est pas revenue », regrette la dame qui dit avoir été informée de la triste nouvelle par les cris des sœurs de la défunte. A travers sa maman, la famille de la défunte Ndioba Seck souhaite l’ouverture d’une enquête pour élucider l’affaire.

A propos yankhoba SANE 81791 Articles
Yankhoba SANE: Véritable passionné des médias en ligne et de la presse,j’ai créé le site en ligne Sanslimitesn.com pour participer au développement de la presse en ligne et médias sociaux au Senegal.Je suis membre de L'Anpels (Association nationale des professionnels de la presse en ligne au Sénégal). Je suis administrateur de site web et conseiller en digital.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*