Concours douane 2018 : La polémique enfle entre les 17 militaires radiés et le Cemga

Concours douane 2018 : La polémique enfle entre les 17 militaires radiés et le Cemga

Après leur radiation de  l’armée, le Collectif des 17 militaires radiés s’est confié à «Seneweb», pour dénoncer le chef d’Etat-major général des armées (Cemga), le général Cheikh Guèye, qui aurait  bloqué leur mise en route, après  avoir réussi au concours  de la douane. Cependant, la Direction des relations publiques des armées a nié en bloc les charges dudit collectif.

«On a  réussi le concours mais, en retour,  le général  a bloqué  les mises en route qu’il  devait signer,  prétextant qu’on devait demander des  autorisations au préalable, alors que c’est eux-mêmes qui nous ont donné tous les papiers à fournir, c’est-à-dire  l’état  signalétique et la présence au corps  qui avaient comme motif la préparation du concours de la douane.  En plus, nous avons avisé nos supérieurs hiérarchiques», a expliqué  le caporal-chef Youssoupha Ndour, qui porte la parole du collectif.

«C’est eux-mêmes qui nous ont donné tous les papiers à fournir»

Toujours dans sa narration, il renseigne : «Après plusieurs tentatives vaines, nous avons résilié nos contrats dans l’armée pour ne plus dépendre du général, pour rejoindre la douane. Mais il n’a  pas signé   la résiliation de contrats. Finalement,  on  a rendu nos paquetages de l’armée pour rejoindre la douane».

«Quand le général a su que nous avons rejoint la douane, il a écrit une lettre pour dire aux autorités douanières que nous avons utilisé des voies de contournement. Et c’est par la suite qu’ils nous ont appelés pour nous demander de régler ce problème pour pouvoir continuer le stage», a raconté M. Ndour.

Le porte-parole du collectif précise qu’«actuellement, nous sommes radiés de l’armée et nous ne pouvons pas rejoindre les rangs de la douane, alors que nous avons réussi le concours depuis le mois d’octobre».

«L’un d’entre eux a volé le tampon de son chef et a imité sa signature»

Joint par nos soins, le colonel Abdoul Ndiaye de la Dirpa a balayé d’un revers de main les accusations du collectif. D’après lui, ils ont déposé pour faire le concours sans autorisation.  Et ont voulu passer outre le règlement militaire.

«Quand on est dans l’armée, on doit avoir une autorisation délivrée par le chef d’Etat-major général des armées ou ton directeur  de service, pour faire un concours. Les autres chefs intermédiaires n’émettent que des avis ou propositions. Et leur point de vue peut être annulé par le général ou directeur de service», précise le colonel Ndiaye.

Cependant, il informe : «On a laissé plus de 100 militaires passer  le concours. Pour ces 17, c’est parce qu’ils n’ont pas respecté le règlement. D’ailleurs, l’un d’entre eux a fait du faux et usage de faux, car il est allé voler le tampon de son  chef et a imité sa signature.»

S’agissant de leur radiation, il précise : «Dans l’armée, quand on commet une faute, le règlement s’applique sur toi. Et puisqu’ils n’ont pas rejoint leur poste, ils sont en situation de désertion. Et ils devraient être poursuivis en justice selon le Code de la justice militaire.»

seneweb

A propos El capo 27413 Articles
Moussa Cissé : En tant que passionné de sociologie, je vous fais découvrir mes réflexions et études sur la vie des gens, je fais aussi des analyses sur les événements marquants de l’actualité au Senegal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.