Souleymane Camara pense à la retraite «En 2002, après France – Sénégal, on ne pouvait même pas sortir de… –
PUBLICITE

Souleymane Camara pense à la retraite «En 2002, après France – Sénégal, on ne pouvait même pas sortir de…

Souleymane Camara (Montpellier) : «En 2002, après France – Sénégal, on ne pouvait même pas sortir de chez nous»

34 ans, 380 matches de Ligue 1, 59 buts et une étiquette de super-remplaçant qui lui colle peut-être trop à la peau. De Dakar à Montpellier en passant par Monaco, Souleymane Camara a passé le questionnaire du «jour où» de FF.fr. Avec forcément des souvenirs du match de Coupe du monde entre le Sénégal et la France.

Le jour où il démarre le foot
«Ouhla, ça remonte. Au Sénégal, le foot a toujours été une passion depuis mon plus jeune âge, vers sept ou huit ans. Je jouais avec mes amis dans les rues de Dakar. J’ai ensuite intégré une école de football, à Médina. À l’époque, j’étais encore loin d’imaginer une carrière. Au départ, mes parents, à commencer par mon père, souhaitaient que j’aille à l’école, pour apprendre. Mon père était un commerçant, il avait des restaurants, et ma mère faisait la cuisine dans ces établissements. Pour eux, c’était l’école avant tout. Mais avec des amis, dès que je sortais des cours, j’allais de suite taper la balle dans notre quartier ou dans une école, qu’on surnommait le Maracana. Parfois, il m’arrivait de dire à mes frères :  »Écoutez, aujourd’hui, je ne vais pas à l’école. Si on vous demande, vous dites que j’étais présent. »»

Le jour où son père se rend compte qu’il ne va pas à l’école*
«J’étais plus âgé à ce moment-là. J’avais peut-être 12, 13 ans. J’étais scolarisé dans une école privée, qui coûtait 1 500 francs par mois. Je n’y suis pas allé pendant six mois consécutifs. Pourtant à l’école, mon professeur sentait que j’avais des capacités pour aller loin dans les études. Mais le foot a pris le dessus, heureusement pour moi (il sourit.) Enfin, je ne sais pas s’il faut dire heureusement ou malheureusement ! J’avais l’objectif de réussir et d’aider ma famille. Dans ma tête, c’était ça. Un jour, mon père a été mis au courant de cette situation par l’un de mes professeurs. Il m’a alors appelé pour me demander :  »Apparemment, tu ne vas pas à l’école depuis six mois. Et l’argent, où est-il ? » Je lui ai alors répondu que je l’ai gardé, tout en ayant dépensé deux mois sur six. J’ai rendu l’argent, et il m’a questionné sur mes intentions, savoir ce que je voulais faire désormais. Quand je lui ai parlé du foot, il m’a fait comprendre qu’il fallait un minimum de savoir.»
«Monaco, tu viens, tu t’enfermes : je ne connaissais pas ça»

Le jour où il quitte le Sénégal pour la France
«La première fois, c’était pour faire un essai à Monaco. J’avais 16 ans. L’ASM avait un partenariat avec un centre de formation à Dakar. Chaque année, des gens de Monaco venaient voir des joueurs en fin de saison, en juin. À l’époque, Jean Tigana est venu nous superviser. Un an après, avec mon capitaine, on est parti pour Monaco. On a fait des essais pendant un mois. On est rentrés au pays, en attendant la réponse. J’ai ensuite été gardé.»

Le jour où il arrive à Monaco
«Ça a été, très, très dur. Partir de Dakar pour atterrir directement à Monaco… Ce sont deux destinations complètement différentes. Paris, il y a du monde, ça bouge, c’est comme Dakar. Mais Monaco, tu viens, tu t’enfermes : je ne connaissais pas ça. Mais je ne me prenais pas la tête pour autant. Je savais d’où je venais et je savais ce que je voulais faire, à savoir aider ma famille. Je faisais bien la différence entre la vie là-bas et mes origines. Alors, oui, j’ai commis quelques erreurs de jeunesse, en dépensant parfois trop, pour me faire plaisir. Par exemple, ma première facture téléphonique qui s’élevait à 5 000 francs parce que j’avais trop appelé au pays. Une autre ? Mon premier téléphone. Je ne sais plus son prix. C’était un Sony Ericsson, les téléphones longs, qui coûtaient un bras.»

Le jour où il marque son premier but en Ligue 1 (22 décembre 2001)
«Je crois que c’était contre Rennes, avec Monaco, le jour de mon anniversaire (il a tout bon). J’avais marqué, fait une passe décisive et provoqué un penalty (avec une victoire 3-1 de l’ASM). C’était mon tout premier match en tant que titulaire. Monaco, quand je suis arrivé là-bas, il y avait des joueurs comme Grégory Vignal, Sébastien Carole, Miroslav Plasil : on avait une génération. On a fait un bout de chemin ensemble. Je me souviens, quand on finissait l’entraînement avec les U17 ou la CFA, on passait devant le terrain des pros, et on regardait les séances des attaquants devant le but avec Henry, Ikpeba, Trezeguet. Ça donnait envie.»

Le jour où il est sur le banc et voit ses coéquipiers gagner contre la France lors de la Coupe du monde 2002
«Ça reste un grand souvenir. Battre l’équipe de France de l’époque, qui venait de remporter la Coupe du monde et l’Euro, c’était quelque chose d’énorme. Au Sénégal, on sentait que c’était quelque chose de formidable. À une époque, on ne pouvait même pas sortir de chez nous. On était obligés d’attendre 19 heures ou 20 heures pour pouvoir aller faire nos courses. À chaque fois qu’on passait quelque part, il y avait foule. Sinon, pendant la Coupe du monde, quelques jours après la France, on joue le Danemark. On perd 1-0 à la mi-temps. Bruno Metsu me demande de m’échauffer pour rentrer. J’avais la pression, j’étais le plus jeune du groupe. Mais je sors peu avant la fin (à sept minutes du terme) parce qu’on prend un carton rouge. Salif Diao avait marqué et avait été expulsé. Une Coupe du monde, c’était un rêve.»

«J’aimais beaucoup les séances d’entraînement de Frédéric Antonetti»

Le jour où, en échec à Nice, il préfère repartir en Ligue 2, à Montpellier (2007)
«C’était un choix naturel. À Monaco, pendant un mois et demi, je ne faisais que des bouts de match. J’avais failli partir à Lille, mais cela ne s’est pas fait. Derrière, quand je suis arrivé à Nice, ils n’ont pas été patients avec moi. Je n’ai pas été bon dans l’immédiat parce que l’équipe n’était pas vraiment bien placée. J’ai vécu des moments difficiles, c’est vrai. Et même s’il s’était déjà longuement intéressé à moi pour me faire venir à Ajaccio alors que j’étais à Monaco, Rolland Courbis est revenu vers moi alors qu’il était à Montpellier. C’est à partir de là que je suis parti en prêt. J’étais juste venu pour me relancer, et depuis je n’ai plus bougé.»

Le jour où il croise l’entraîneur qui l’a le plus marqué
«J’ai appris de tous, pratiquement. Je suis quelqu’un qui aime apprendre avec chaque entraîneur, même à 34 ans. J’aimais beaucoup les séances d’entraînement de Frédéric Antonetti. Tactiquement, aussi, il m’a apporté. Avec Didier Deschamps, à Monaco, j’ai aussi progressé. Même chose avec René Girard, à Montpellier.»
«Supersub, je n’aime pas ce mot»

Le jour où il a failli partir à l’étranger
«Dès Monaco, je me rappelle avoir été sollicité par Bruno Metsu. Juste après la Coupe du monde de 2002. Il va aux Emirats Arabes Unis et demande à ses dirigeants de me prendre. L’émir était en vacances vers Cannes je crois. Il est venu à Monaco et m’a fait appeler dans son yacht. Il m’a fait une proposition pour venir là-bas. Mais c’était hors de question pour moi. Je voulais rester en France pour progresser. Sinon, j’aurais pu partir à Blackburn, en Angleterre, juste avant l’année du titre avec Montpellier (2012). Mais chaque année, il y a des clubs qui vous appellent, mais toujours sans suite. Un regret ? Pas forcément. Je suis bien en France. Je ne suis pas quelqu’un qui part pour partir.»

Le jour où il a été saoulé qu’on lui dise qu’il est un supersub
«(il sourit.) Ce n’est pas parfois, c’est souvent. Comme je l’ai déjà dit, je n’aime pas ce mot. On a des entraîneurs qui font des choix. Parfois, on ne les comprend pas, mais on doit les respecter. Je fais partie d’une équipe, et quand je rentre, je montre, ou j’essaie de montrer à mon coach que je mérite de démarrer. Parfois, oui, on se dit que c’est injuste. Mais aujourd’hui, mon souhait est d’être dans le onze de départ, de jouer, de marquer, et de faire marquer.»

Le jour où il prendra sa retraite
«Je suis en pleine réflexion depuis l’année dernière. J’espère encore jouer deux ou trois ans de plus. Mais je n’ai pas encore défini ce que j’allais faire. Dans le foot ? Oui, pourquoi pas, c’est ça que je connais et que je préfère.»
*Anecdote racontée dans Le Vestiaire sur SFR Sport

Agé de 36 ans, Souleymane Camara court toujours les terrains de Ligue 1 française. Dans une interview avec Francefootball.fr, l’ancien attaquant des Lions du Sénégal a évoqué sa retraite. ‘’Je suis en pleine réflexion depuis l’année dernière. J’espère encore jouer deux ou trois ans de plus. Mais je n’ai pas encore défini ce que j’allais faire. Dans le foot ? Oui, pourquoi pas, c’est ça que je connais et que je préfère’’, a dit le joueur de Montpellier qui est devenu le meilleur buteur de l’histoire du club en Ligue 1.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.