ANNONCE

Robert Mugabe « répond » à la Sud-africaine Zodwa Wabantu qui ne porte jamais de slip

Alors qu’il vient fraichement de quitter le pouvoir, le vieux leader africain, Robert Mugabe du Zimbabwe apporte une réplique salée à son invité.

Il aurait exprimé sa désapprobation vis à vis de la célébrité sud-africaine qui refuse de porter des slips. La sud-africaine, Zodwa Wabantu qui est connue pour ne pas porter de culotte en dessous, a récemment fait la Une quand elle a dit qu’elle aimerait rencontrer le président zimbabwéen, Robert Mugabe…Zodwa avait été avertie à l’époque, par certains fans qui lui ont demandé de «bien se comporter» parce que le président de ce pays est un homme strict.

« Ils me disaient que Mugabe n’autorise pas les bêtises. Et qu’en conséquence, je ne serai pas autorisée d’entrer au Zimbabwe parce que je suis trop sexy.

Certains estiment que je serai à moitié déprimée et qu’il (Mugabe) sait que je ne porte pas de culotte « , avait-t-elle déclaré aux journalistes locaux. « J’aimerais rencontrer Mugabe si on me donne une chance », a t-elle dit. « Je ne vis pas une vie de débauche. Je vous aime tous.

Dieu m’a donnée ce corps et je l’utilise « , a t-elle déclaré.

Mugabe a en retour clashé Zodwa Wabantu, parce qu’elle ne porte pas de slips. S’exprimant lors d’un rassemblement devant une foule de 10 000 personnes à Bindura samedi, Mugabe a déclaré qu’il était conscient qu’une décision de l’interdire de participer aux événements officiels du gouvernement pour lesquels elle avait déjà été invitéé au Zimbabwe lui a fait un « killjoy ».

Voici les propos du président Mugabé qui disait « Je suis désolé, nous avons déçu beaucoup d’hommes » avant de se demander pourquoi Zodwa fréquentait des fêtes sans sous-vêtements.

« Vous venez sans couvrir votre intimité. Qu’est-ce que vous voulez? Que les hommes vous voient? Nous ne le voulons pas ici « , a-t-il déclaré.

La décision a suscité une réaction mitigée, auprès de plusieurs personnalités politiques. « Il y a beaucoup de choses qui sont fausses dans ce pays et elles ne sont pas abordées.

Mais tout à coup, on me demande à propos de Zodwa et cela devient un intérêt national, comme s’il s’agissait d’un état d’urgence « , a déclaré Josphat Ngulube, militant politique de l’opposition.

 

Source : africtelegraph

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*