Réponse à Mame Mbaye Niang: "Vous symbolisez tout ce qu'il ya de plus haïssable, de plus répugnant et de plus détestable..." –
PUBLICITE

Réponse à Mame Mbaye Niang: « Vous symbolisez tout ce qu’il ya de plus haïssable, de plus répugnant et de plus détestable… »



Les coups pleuvent entre l’Apr et le Rewmi. Comme dans un combat de gladiateurs, les responsables de ces deux formations se livrent depuis quelques jours, à une guerre verbale par presse interposée. In extenso; la réplique salée d’un responsable du Rewmi au ministre Mame Mbaye qui accusait hier, Idrissa Seck d’avoir falsifié son Cv.

Mame Mbaye Niang, un nom tristement entré dans l’histoire politique du Sénégal. De mémoire, jamais ministre de la République sénégalais n’a été aussi limité, aussi insulteur public, aussi calomniateur et répondeur automatique que ce triste personnage.

En réalité, il n’excelle que dans l’insolence, l’arrogance et autres discussions de borne-fontaine.

Monsieur le Ministre, l’énergie et le temps que vous consacrez régulièrement à essayer de jeter l’opprobre sur le président Idrissa SECK, (votre principal fonds de commerce et base d’existence politique), dont le seul tort aura été de jouer pleinement son rôle d’opposant pour la vitalité de notre démocratie dans un contexte d’entreprise de « réduction de l’opposition à sa plus simple expression » et d’embastillement des opposants instauré par votre leader, aurait mieux servi, si utilisée, pour résoudre les problèmes du secteur touristique très mal en point depuis l’avènement de votre mentor de président.

Monsieur le Ministre, vous dites que le président Idrissa SECK doit être la dernière personne à pouvoir parler d’éducation dans ce pays. Un scandale, si l’on sait que ces propos émanent d’un ministre de la République qui ne connaît même pas les pays constitutifs de l’espace UEMOA, leçon enseignée en CE2 cycle élémentaire, ça fait tout de même rire !

Monsieur le Ministre, nous vous attendons sur le terrain des idées, de la production intellectuelle et programmatique et non sur celui des invectives. Les rewmistes que nous sommes, ne vous rejoindront jamais dans votre domaine de prédilection : les caniveaux.

Un conseil, ressaisissez-vous. Vos regrettables sorties ont fini de produire le contraire de l’effet escompté auprès de l’opinion. Aujourd’hui, vous symbolisez tout ce qu’il y a de plus haïssable, de plus répugnant et de plus détestable chez un homme politique dans ce pays. Vous êtes, de nos jours, le parfait contre-modèle de l’homme politique sénégalais.

Cette réputation, ne vous honore guère et n’honore certainement pas vos proches qui, probablement, en souffrent. Donc de la hauteur Monsieur le Ministre, des idées !

Vous êtes un MINISTRE DE LA REPUBLIQUE !

En attendant, Monsieur le Ministre et pour la postérité, retenez pour l’amour de Dieu, que l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine) créée le 10 janvier 1994 à Dakar, est composée de huit Etats membres liés par l’usage d’une monnaie unique : le FCFA. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et enfin du Togo.

Cette courte leçon vous évitera à l’avenir de dire des bêtises indignes d’un représentant de la République et d’humilier notre pays comme cela a été malheureusement le cas sur Vox Africa, le 29 Septembre de l’année dernière.

Pour terminer, de grâce pour l’image et la réputation de notre cher pays, patrie de Léopold Sédar SENGHOR, de Mamadou DIA, de Lamine GUEYE et de Cheikh Anta DIOP, retenez une bonne fois pour toute que la GAMBIE, la MAURITANIE et la GUINÉE CONAKRY, ne font pas partie de l’UEMOA comme vous l’aviez tristement affirmé sur cette chaine de télévision susnommée et que notre beau pays a d’autres charmes à montrer aux touristes, à part vos « animaux ».

Respectueusement !

Amadou Sylla DIOP
REWMI


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.