Quand Cheikh Yerim Seck se fait attaquer par un enseignant :"Quand on vend la vertus il faut avoir ..." –
PUBLICITE

Quand Cheikh Yerim Seck se fait attaquer par un enseignant : »Quand on vend la vertus il faut avoir … »

Monsieur, je n’aurai jamais songé prendre ma plume et rétorquer au brillantissime journaliste Cheikh Yérim Seck tant l’homme fascine et séduit par ses prises de positions tranchées et ses analyses profondes. Bien que je ne partage pas souvent vos schémas de pensée, je reconnais votre hauteur et densité intellectuelles. Rien du bas de ma petitesse d’esprit n’aurait justifié mon propos envers et contre vous si vous ne vous étiez pas pris subjectivement et violemment à une catégorie de travailleurs à laquelle j’appartiens fièrement. Mais lorsque l’opinion oblitère la réalité, éclairer devient un impératif catégorique. Alors le profane que je suis peut s’inviter dans cette tribune offerte pour apporter des éclairages.

«Macky Sall a beaucoup fait pour les enseignants», telle est la quintessence de votre post. Lorsque vous posez le problème ainsi, j’ose croire que vous parlez d’avantages pécuniaires. Promettre 15 000 Fr au mois d’octobre et 10 000 Fr au mois de janvier 2019, c’est cela que vous qualifiez de «beaucoup fait». Donc que direz-vous du Président-Professeur Alpha Condé qui, d’un seul coup, a augmenté 40% les salaires des enseignants guinéens ? Pourtant la loi de finances 2018 ne prévoit pas une telle dépense mais avec son génie, Condé joue sur deux mécanismes pour satisfaire les soldats du savoir guinéens : le premier consiste à réduire les subventions que l’Etat accorde à certains services, notamment le secteur pétrolier. Le second consiste à réduire certaines dépenses de l’Etat.

Les enseignants sénégalais ne se battent pas pour une revalorisation indemnitaire qui ne repose que sur les libéralités du Président. Les enseignants revendiquent une équité indemnitaire reposant sur le critérium de la certification académique. Toute autre solution ne serait que dilatoire et atermoyante.
Je vous signale, monsieur Seck, que cette augmentation n’est que virtuelle parce devant être effective dans 6 et 9 mois. Il n’y a rien de nouveau au soleil des promesses du Président. Avant 2012, la question de l’indemnité de logement figurait dans notre plateforme de doléances. Depuis sept ans, c’est le statu quo parce que les autorités louvoient et procrastinent quand il s’agit de se pencher sur nos revendications pécuniaires. Aujourd’hui, il est clair que les autorités veulent utiliser la proximité de l’élection présidentielle pour ne pas honorer leurs promesses.

Dans votre argumentaire, vous vous êtes limité aux propositions du Président relatives à l’indemnité de logement. Votre champ de critique est trop réducteur pour un journaliste-analyste de votre trempe. Vous avez même franchi le rubicond en traitant les enseignants d’escrocs. C’est l’hôpital qui se moque de la charité. En matière de moralité, vous n’êtes pas la bonne personne qui peut nous servir de leçons. Quand on vend de la vertu, il faut en avoir un échantillon. Notre éducation nous interdit de vous suivre sur cette piste sordide pour distiller des insanités.

Parlant de notre grève qui vous met hors de vos gonds, monsieur, vous faites montre d’une ignorance totale de nos revendications. En effet, le gouvernement sénégalais, lui-même, a reconnu l’inégalité et l’injustice dans le traitement indemnitaire des agents de la fonction publique. Aujourd’hui le gouvernement refuse toute discussion sur les résultats de l’étude effectuée sur le régime indemnitaire. Monsieur le ministre de l’Education nationale avait, à ce propos, proposé un nivellement par le bas ou par le haut. Cependant, il a soutenu que la première option était impossible car elle reviendrait à priver des acquis à des agents. La seconde option était-elle aussi impossible parce que les enseignants sont jugés nombreux. Paie-t-on le travailleur selon le service ou selon le nombre ?

Monsieur Seck, il n’y a pas un seul enseignant sénégalais qui ne souffre des lenteurs administratives mettant en péril sa carrière. Le gouvernement se fonde sur le fallacieux argument du passif hérité de l’ancien régime pour justifier ces lenteurs. Nous n’avançons pas dans notre carrière professionnelle et vous avez le toupet de soutenir péremptoirement que le Président a beaucoup fait pour nous.
Monsieur Seck, aidez-nous à comprendre, vous qui maîtrisez mieux le français que nous, le sens de «légitime, réaliste et réalisable». Voilà des qualificatifs qui avaient validé nos accords de 2014. Nous sommes en 2018 et nous attendons toujours comme Godot l’effectivité de ces accords.

Monsieur Seck, vous n’êtes pas censé ignorer la violence verbale voire physique de nos dirigeants et même de notre peuple à l’endroit des enseignants. N’êtes-vous pas, en tant que citoyen journaliste épris de la liberté d’expression et de manifestation, formalisé de voir que les autorités, face à nos revendications, n’aient comme seule réponse les menaces, les intimidations, la diabolisation, les bombes lacrymogènes et les matraques ? Voulez-vous me dire, en tant que défenseur des libertés publiques constitutionnelles, que vous acquiescez à la sauvage répression à Ziguinchor des enseignants qui n’ont que leur plume et leur cerveau comme bouclier ?

Monsieur Seck, le Président déroule chaque jour au palais le tapis rouge à des lutteurs, des mouvements de soutien politiques, des gladiateurs, des chanteurs, des laudateurs sans cervelle avant de les bombarder de billets de banque dans un pays où l’on prétend qu’il n’y a pas assez de ressources à gaspiller. Je m’abstiendrai de parler de la manne financière dévolue illégalement et mensuellement aux épouses des ambassadeurs ni aux passe-droits indus des membres de certaines institutions budgétivores de la République. Les enseignants ne demandent pas de faveurs catégorielles. Ils exigent simplement que leur soit rendu leur dû qu’ils ne doivent qu’à la sueur de leur front.

Ousmane SY Maître ès-didactiques des langues
Enseignant au lycée de Mboumba

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.