Plus de dix mille CD contrefaits saisis, une trentaine de personnes interpelées –
PUBLICITE

Plus de dix mille CD contrefaits saisis, une trentaine de personnes interpelées

La section de recherche de la gendarmerie nationale a saisi, vendredi, dix mille Compact disque (CD) contrefaits et du matériel , a indiqué, lundi, le président des Acteurs de l’industrie musicale (AIM) du Sénégal, Seymoul Sow.

Une trentaine de personnes interpellées lors de cette opération ont été déférées devant le procureur de la République, a t-il ajouté lors d’une conférence de presse.

L’AIM a salué « une première opération de grande envergure de la gendarmerie contre les pirates des œuvres de l’esprit » en exposant devant la presse les Cd saisis.

Parmi les produits artistiques confisqués, il y a des œuvres musicales sénégalaises et étrangères, des pièces de théâtre sénégalais et des films reproduits illégalement. Du matériel informatique (Ordinateurs, imprimantes, des disques durs) fait partie du lot.

Cette opération de la gendarmerie, a fait savoir le président Sow, « découle d’une plainte de l’AIM datant du 18 juillet 2017 ». « C’est suite à une plainte de l’AIM du 18 juillet 2017 que la gendarmerie a fait cette opération réussie », a-t-il souligné.

Le président de l’AIM a félicité le général Meïssa Niang de la gendarmerie nationale et ses hommes pour « ces efforts consentis et le résultat acquis ».

Pour Seymoul Sow, « la contrefaçon des œuvres de l’esprit prend des proportions inquiétantes depuis 2000, le monde de la création est en déclin ».

« Les artistes broient du noir, créent peu et perçoivent moins de droits d’auteur. C’est toute une industrie qui est menacée de disparition », dénonce-t-il.

« Entre 2002 et 2014, l’industrie musicale est sur le déclin et la quasi-totalité des maisons de disques sont fermées et la piraterie est la raison fondamentale du déclin », selon le président de l’AIM.

Pour sa part, le directeur gérant de la Société de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins (SODAV), Aly Bathily, a relevé qu’ »entre 2003 et 2017, il y a une baisse drastique des droits perçus au titre des droits de reproduction qui concernent ce type de reproduction ».

« En 2003, les droits perçus par an s’élevaient à 136. 449 230 millions FCFA, en 2017, on est à 2.417.950 millions de francs CFA. (…), la reproduction continue à être un marché intéressant », a t-il dit, félicitant les initiateurs de cette opération et la gendarmerie qui ont « consenti des efforts et engagé beaucoup de temps ».

Il a invité toutefois à une grande collaboration entre la Brigade de lutte contre les produits contrefaits et la gendarmerie.

Les œuvres de l’esprit piratées violent un droit de propriété intellectuelle et sont vendues selon le président de l’AIM « en toute quiétude sur plusieurs espaces de la capitale sénégalaise et dans les grandes villes de l’intérieur aux abords de grandes artères ».

Ces produits artistiques contrefaits, a t-il expliqué, sont l’œuvre de deux grands réseaux : un informel qui copie les Cd originaux sur ceux vierges et un autre beaucoup plus professionnels qui importe des produits soigneusement contrefaits, pressés comme des originaux.

« Le préjudice subi sur toute la chaîne de l’industrie musicale est estimé à plus de deux milliards de francs CFA », a souligné Seymoul Sow, informant que l’opération avec la gendarmerie sera réitérée toutes les deux semaines à Dakar et partout au Sénégal.

Le comédien Lamine Ndiaye, les chanteurs Abdou Guité Seck, Alioune Kassé, entre autres ont « encouragé une telle action qui permet aux artistes de vivre de leur art ».

Dakaractu

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.