ANNONCE

« Mes parents m’ont forcé à me marier à 19 ans », avoue l’actrice nigériane Patience Ozokwor

ANNONCES

Patience Ozokwor, l’actrice de Nollywood a été victime d’un mariage forcé. C’est ce qu’elle a affirmé lors d’une interview sur RTV, une télévision ghanéenne.

L’actrice de 59 ans, devenue évangéliste, a dans une interview, sur la télévision ghanéenne RTV, révélé qu’à 19 ans, ses parents l’ont forcée à épouser son défunt mari, et elle n’a eu d’autres choix que d’obéir.

Ce n’était pas ma décision. Et si ce n’était pas ma décision, c’est que j’ai été contrainte. Je n’ai vu aucune raison pour laquelle mes parents m’ont forcée car j’étais encore jeune. Et même à cet âge, j’avais tant de prétendants, mais eux voulaient que je me marie. Vous savez, quand vous venez d’une famille polygame, votre mère lutte pour que ses propres filles se marient. Sa coépouse également se bat pour que les siennes se marient. Quand cette décision a été prise, j’ai dit Non, je devrais faire un choix, mais je n’étais pas autorisé à faire ce choix. Ils ne m’ont pas donné la possibilité de faire ce choix et, à la fin, j’ai dû obéir à mes parents. Je ne pouvais pas du tout les désobéir.
Lorsqu’on lui a demandé si elle aimait le mariage, elle a répondu en disant
Sincèrement, pour parler en tant que chrétienne, je n’ai pas aimé. Le mariage n’était pas facile pour moi en tant que jeune fille, ce n’était pas facile. Mais vous ne pouvez faire autrement quand vous avez deux enfants, et que ce n’est pas dans la culture de vos parents de vous sauter d’un homme à un autre.

ANNONCES

Donnant son avis du mariage, Patience Ozokwor affirme ceci:

C’est Dieu qui l’a ordonné, et il doit être honoré. Quand un homme et une femme sont déclarés en définitive homme et femme, votre assiette est hors de la maison de vos parents.

Elle a ajouté qu’il n’y avait que deux raisons pour lesquelles une personne devrait quitter son conjoint selon la Bible, la mort et l’infidélité.

Je n’ai pas surpris mon mari entrain de me tromper, et lui non plus, ne m’a pas surprise. Alors nous avons dû rester ensemble jusqu’à ce que la mort nous sépare.
Après sa mort, j’étais devenu libre. Les gens ont commencé à demander ma main en mariage, mais j’ai dit non,c’était déjà trop tard.
afrikmag

ANNONCES

App mobile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages de cet article