ANNONCE

MAIRIE DE DAKAR : La Cojer réclame une délégation spéciale pour « soulager les populations »

La constitution de partie civile du conseil municipal de la mairie de Dakar dans le cadre du procès de Khalifa Sall est une trahison. Il faut que l’Etat installe une délégation spéciale pour soulager les populations, selon Thérèse Faye Diouf. La coordinatrice de la Convergence des jeunes républicains (COJER) est catégorique, il faut une délégation spéciale à la mairie de Dakar. L’Etat doit agir et vite, selon Thérèse Faye Diouf.
Les conseillers municipaux qui sont à la ville de Dakar sont élus par la population. Et elle ne « saurait comprendre la constitution de partie civile de la mairie de Dakar dans le cadre du procès de Khalifa Sall qui aura lieu ce 23 janvier. « Le maire de la ville de Dakar a des problèmes de finances et on peut même supposer que ces finances sont des biens publics parce qu’appartenant aux populations. C’est justement pour cette raison que le conseil municipal devrait être en phase avec la population. »
« On a avec regret noté que les conseillers, pour la grande majorité, sont en phase avec un maire qui a détourné, mal géré des finances publiques. C’est donc une forme de trahison. Ils ont trahi le peuple qui ne doit pas leur pardonner cette traitrise. Ce geste maladroit est suffisant pour que l’Etat passe par délégation spéciale la mairie de Dakar. Parce qu’elle doit être là pour prendre en considération la préoccupation des populations et non d’une personne. La position des conseillers en dit long », renseigne Mme Diouf.
Et de préciser dans la même dynamique : « Je ne suis pas juriste et ne sais pas ce que la loi dit sur cette situation mais je crois tout simplement, en tant que conseiller dans ma commune et politique, que ces gens ont trahi, et l’Etat doit en prendre compte. »
Sur l’exil supposé du fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, elle dira que c’est de la diversion. « Tout le monde sait que Karim Wade n’a jamais été exilé, on connait la procédure et son procès a abouti à sa condamnation. Le chef de l’Etat a eu la bonté de cœur de le gracier. C’est pourquoi, il ne faut surtout pas qu’on accepte d’être diverti. »
Poursuivant, Thérèse Faye notifie que le Parti démocratique sénégalais est en train de se créer de la matière avec ce sujet pour exister. « Si Karim Wade veut être candidat, il doit voir ce problème de la conformité si la loi lui permet encore de se présenter. De toute façon, les textes sont là pour déterminer qui peut être candidat et qui ne saurait l’être. Il s’agira simplement d’être patient, ce n’est plus une question d’éternité mais de mois, l’avenir jugera. »
La coordinatrice de la COJER s’exprimait ainsi en marge du lancement du Mouvement des jeunes dames républicaines. L’entité a été officiellement lancée dans la salle de l’Unité africaine du CICES pleine comme un œuf. Elle a signifié que le parti a besoin de massification et de mobilisation à la veille des élections présidentielles.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*