La guerre entre Cheikh O. Hanne et Abdoulaye D. Diallo prend une nouvelle tournure –
PUBLICITE

La guerre entre Cheikh O. Hanne et Abdoulaye D. Diallo prend une nouvelle tournure



La ziarra de Nianga Edy, dans le département de Podor, a donné lieu à un nouvel épisode dans la guerre fratricide entre le directeur général du Centre des œuvres universitaires de Dakar, Cheikh Oumar Hanne, et le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Abdoulaye Daouda Diallo. Samedi, une bagarre a éclaté entre les éléments de la garde rapprochée des deux responsables de l’Apr. Ce qui a indisposé Thierno Mamadou Gaye, khalife du vénéré Thierno Adama Gaye.

Ce samedi, tout allait pour le mieux, lors de la ziarra de Nianga Edy, jusqu’à l’arrivée du maire de Ndioum à la cérémonie officielle. Celle-ci a coïncidé avec la fin du discours du ministre Abdoulaye Daouda Diallo. Le Dg du Coud s’est heurté au refus des hommes de sécurité du ministre et de l’organisation qui lui ont interdit l’accès avec sa délégation, car il n’y avait plus de place.

Autant dire qu’ils n’ont pas voulu l’entendre de cette oreille. Il s’en est suivi des accrochages. Des bombes neutralisantes ont été utilisées, rendant irrespirable l’air pour les nombreux fidèles présents, et même le khalife qui s’est mis à suffoquer. Pendant 20 bonnes minutes, un tohu-bohu indescriptible s’en est suivi, sous le regard effaré des talibés. Il a fallu l’intervention des gendarmes pour restaurer le calme. Un blessé léger a été enregistré du côté de la garde rapprochée du Dr Cheikh Oumar Hanne.

La colère du khalife Thierno Mamadou Gaye

Le marabout Thierno Madani Tall n’a pas du tout aimé les incidents et l’a fait savoir. Car, a-t-il martelé, ce n’est pas possible d’être un fidèle et d’être l’instigateur de troubles de cette nature, lors d’une manifestation religieuse. ‘’Depuis six mois, le Dg du Coud s’affaire à la bonne organisation de cette ziarra. Mais, aujourd’hui, ses accompagnants ont mis à terre les efforts qu’il a eu à déployer’’, a regretté, de son côté, le khalife Thierno Mamadou Gaye.

Les deux responsables se lancent des piques

Après les échauffourées, le ministre Abdoulaye Daouda Diallo s’est prononcé sur l’incident. ‘’Le parti est en train de grandir. Ce qui se passe est une situation hégémonique. Avec le phénomène des arrivées, on a vu de nouveaux comportements dans le parti’’, a-t-il dénoncé, soulignant que la division ne profite pas au parti dans le département de Podor. Pour lui, le seul objectif qui vaille est de dépasser la barre de 90 % de voix, lors de la présidentielle. Le ministre de lancer cet appel à l’unité : ‘’C’est le temps de Macky Sall et non pas celui des responsables’’, a-t-il dit. Avant de regretter les échauffourées : ‘’Je déplore tout cela et on ne peut pas venir perturber ce lieu de culte, de prière et de recueillement.’’

Plus tard, le maire de Ndioum a apporté la réplique au ministre, après avoir sillonné l’île à Morphil et des contrées du département pour mobiliser les militants et les inciter à aller s’inscrire. ‘’Cette ziarra, je ne l’ai jamais ratée, depuis 20 ans, du vivant de Thierno Adama à nos jours. Mes relations avec cette famille ne datent pas d’aujourd’hui. J’y suis un disciple’’, a d’abord précisé le Dg du Coud. Ensuite, il a déclaré avoir tout fait pour éviter, dans sa démarche, de donner des connotations politiques à cette cérémonie. ‘’Ce qui s’est passé est regrettable et il faut qu’on demande pardon au bon Dieu, quelle que soit la responsabilité de chacun’’.

Le Dr Anne a ensuite jeté l’opprobre sur le camp d’en face, puisqu’il s’est demandé comment des gens ont-ils pu apporter des bombes neutralisantes dans une cérémonie religieuse. ‘’Le garde du corps de cette autorité m’a aspergé de l’acide et je me suis lavé à grande eau. J’ai failli être touché aux yeux’’, a-t-il dénoncé. Tout en expliquant que c’est la raison pour laquelle ses propres gardes l’ont maitrisé. Ce qui a occasionné le brouhaha.

Le maire de Ndioum en a profité pour rappeler qu’il s’occupe, à lui seul, de cette ziarra depuis des années et même du temps de l’opposition. Avant de jeter des piques au ministre : ‘’Je me repens. Mais ce n’est parce que je suis une autorité quelque part que je viens à cette fête religieuse. Je ne viens pas à Nianga Edy par occasion et surtout pour profiter des avantages étatiques ou pour saborder cette cérémonie religieuse.’’

Il faut cependant signaler qu’il n’y a jamais eu d’échanges de coups ou de propos entre les deux responsables politiques de l’Apr du département de Podor qui se disputent le fauteuil de coordonnateur.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.