ANNONCE PUBLICITE

Jakaarlo Bi: Révélations sur cette polémique qui a fracturé l’équipe et fait craquer Khalifa Diakhaté

ANNONCE

Votre blog préféré a fait une plongée dans les coulisses de la polémique qui a secoué Jakaarlo Bi pour démêler le vrai du fantasme et reconstituer les faits marquants depuis cette soirée du 9 mars, à la minute où le « professeur » Songué Diouf a lâché cette phrase fatidique dans laquelle il fait un lien entre l’habillement indécent des femmes et les viols. La bombe était lâchée. Les autres chroniqueurs, qui n’ont rien relevé, ne se doutaient pas à ce moment que cette phrase allait déclencher une forte, violente et interminable crise.

Dès le lendemain, intellectuels, commentateurs, associations… se sont emparés de ce dérapage verbal. De dénonciations en indignations, de démentis en corroborations, le débat entre anti- et pro-Songué s’est intensifié et a gagné en virulence. Les femmes ont multiplié les récriminations, les associations féministes sont montées au créneau. Songué Diouf a fait une sortie qui a ajouté à la controverse, tentant d’expliquer ses propos et déclarant les assumer alors que l’opinion attendait de lui des excuses plates.

Le pic de la polémique a été atteint lorsque le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) s’en est mêlé pour condamner les propos du « professeur » et mettre en demeure TFM de ne pas rediffuser l’émission.

L’un des chroniqueurs, Bouba Ndour, sans doute échaudé par la tournure prise par la crise, s’est publiquement désolidarisé de son collègue, estimant qu’il devait présenter des excuses au lieu de se fendre d’explications. Cette sortie a fracturé l’équipe et mis sur la sellette Khalifa Diakhaté, le présentateur qui a fait recruter dans le talk show ce « professeur » têtu par qui le scandale est arrivé.

Pour ne rien arranger, les associations féministes ont porté l’affaire en justice, servant une citation directe à Songué Diouf, à Bouba Ndour et à Khalifa Diakhaté pour apologie de viol, injures publiques, stigmatisation d’un sexe… A partir de ce moment, a appris Yerimpost, la direction du groupe Futurs Médias a commencé à manifester des signes d’irritation qui sont parvenus aux oreilles de Songué et de Diakhaté.

ANNONCE

Cette affaire est mal tombée pour ce dernier. Alors que les attaques s’intensifiaient en interne et dans les médias contre lui, Khalifa Diakhaté traversait une période difficile dans sa vie personnelle. Sa maman, malade, se trouve, depuis des semaines, en soins intensifs en France. Son épouse, qui aurait pu le soutenir en cette période trouble, est au chevet de sa mère, à 6 000 km, selon la source de Yerimpost. Cela fait beaucoup pour cet homme sensible qui a fini par craquer et  décider de démissionner.

Sa décision était déjà prise lorsque, le 16 mars, dans l’après-midi, Charles Faye, l’aîné de l’équipe, réunissait tout le monde dans un restaurant au bord de la mer, sur la corniche des Almadies, dans le cadre d’un exercice de catharsis. Ils se sont dit des vérités. C’est cette légère décrispation qui a permis la tenue de l’émission de ce même soir. Mais, dès qu’ils ont quitté le bar, tous ont lu sur la page Facebook du présentateur le texte annonçant sa démission.

Khalifa Diakhaté est passé présenter cette dernière émission, avant de s’éclipser aussitôt après, prenant le soin de fermer son téléphone portable pour ne pas avoir à parler de sa décision à quiconque. Certainement pour éviter qu’on essaie de le pousser à changer d’avis.

La phrase du « professeur » Songué Diouf a été à tout le moins toxique…

Une enquête Yerimpost, www.yerimpost.com

ANNONCE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*