Gambie – Omar A Jallow, Jungler: « 52 migrants dont 45 ghanéens tués par Yahya Jammeh » –
PUBLICITE

Gambie – Omar A Jallow, Jungler: « 52 migrants dont 45 ghanéens tués par Yahya Jammeh »

Il y a exactement un mois, l’ancien chef des forces armées gambiennes, le colonel Baboucar Jatta, a refusé de dire au journal « The Standard » les circonstances nébuleuses entourant la mort et la disparition d’au moins 52 migrants, principalement des Ghanéens, en Gambie en juillet 2005.  Jatta, qui était alors le ministre de l’Intérieur, a déclaré que le gouvernement du président Jammeh a a avoué  qu’il ne savait pas ce qui s’était passé. Cependant il a dit, s’il devait être appelé à la commission de vérité, il leur dirait ce qu’il savait.

La commission, TRRC, n’a pas encore été entièrement mise sur pied mais commence à travailler sérieusement. The Standard a pris connaissance des témoignages de certains soldats gambiens impliqués dans les tueries. Parmi eux se trouve le sergent d’état-major Omar A Jallow, originaire du village de Chogen, dans la région de North Bank, et membre de l’escouade de l’ancien président Jammeh, les Junglers, qui est sous la garde des autorités gambiennes.

Il a déclaré aux enquêteurs de l’armée et de la police qu’en juillet 2005, alors qu’il était à Kanilai, le lieutenant-colonel Solo Bojang, un Jungler senior, a informé son commandant de garde, le Cpl Adama Saidy, qu’il fallait escorter 52 personnes de Banjul à Kanilai.

Trente tués par Sanna Manjang et Kawsu Camara (Bombardeh)

Il a raconté: «Nous sommes partis pour Banjul à bord d’un pick-up conduit par Buba Jallow et les soldats à bord étaient moi-même, l’adjudant Fansu Nyabally et Solo Bojang. Nous sommes arrivés à une zone où nous avons trouvé ces personnes sécurisées par les officiers de la CEP. Nous avons d’abord emmené 15 personnes à Kanilai et les avons livrées à Sanna Manjang et nous sommes retournées pour le deuxième voyage, qui était également de 15 personnes à Kanilai et les a redonné, mais dans les plus brefs délais, j’ai entendu des coups de feu. et le lendemain, Sanna Manjang [le supérieur du Sdt Jungler] m’a dit qu’il les avait tués et avait laissé tomber leur corps de mort [sic] dans un puits ».

Le Sgt Jallow a déclaré aux enquêteurs que d’autres ont été tués par Kawsu Camara (Bombardeh), Mbye Lowe, Musa Badjie et le Major Sarjo Jarju et que leurs corps ont été retrouvés à Ghana Town, Brufut.
Jallow a déclaré l’année précédente, 2004, qu’il a été formé par l’italien, Francisco, pour devenir Jungler avec le général de brigade Umpa Mendy, le major Nuha Badjie, le capitaine Musa Sanneh et Mbarra Mboob. Il a dit que sa première mission en tant que Jungler était la torture du clerc musulman, Ba Kawsu Fofana et un autre marabout, sans nom, qui, selon lui, a été accusé par le général Saul Badjie d’avoir planifié un coup d’État.

Le Sgt Jallow a avoué avoir pris part à d’autres tueries, notamment l’asphyxie des neuf (9) condamnés à mort des prisons de Mile 2, mais Sanna Manjang l’a également informé qu’il [Manjang] avait tué Haruna Jammeh et que le président Jammeh aurait imprégné une dame du nomme ‘Mariama’ résidant à Hamza Barracks à Banjul.  « Quand son mari a commencé à « faire du bruit », Malick Boye les a tués « pour garder le silence ».

Les enquêteurs ont déclaré que les 52 migrants, dont 42 étaient des Ghanéens, ont été « pris à tort » comme hostiles par Jammeh. « Ils ont été arrêtés et exécutés par les Junglers ».
L’actuelle présidente du Ghana, Nana Akufo-Addo, était alors ministre des Affaires étrangères, a visité Banjul et a engagé à plusieurs reprises les autorités gambiennes sur le sort de ses compatriotes.  En 2010, suite à la soumission par l’ONU et la CEDEAO d’un rapport sur leurs conclusions sur les décès des migrants, le gouvernement gambien a fait un « don » de 500.000 US $ en espèces aux familles des Ghanéens morts, « vers leur enterrement et les rites funéraires « .

The Standard

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.