Equipe de France : les grands absents du Mondial 2018 –
PUBLICITE

Equipe de France : les grands absents du Mondial 2018



Didier Deschamps a donc dévoilé sa liste des 23 Bleus retenus pour aller en Russie. Une liste qui, comme toutes les listes, fait parler. Car les absents de marque ne manquent pas.

Il a tranché. Comme à son habitude, Didier Deschamps a donc dévoilé la liste des 23 Bleus retenus pour disputer la Coupe du Monde sur le plateau du JT de 20h de TF1. Une annonce qui était forcément attendue par tous les Français, mais surtout par les joueurs rêvant de participer à cette incroyable aventure en Russie. Et dans un pays doté de 67 millions de sélectionneurs, la liste de DD a forcément fait parler, notamment lorsqu’il s’agit d’évoquer les grands absents.

« Une liste finale est toujours difficile à construire. De par la qualité des joueurs, avec une concurrence importante, il y a des joueurs qui ne sont pas les 23 et qui auraient mérité d’y être. Mais je n’ai que 23 postes… C’est beaucoup d’analyses, de discussions, de réflexions avant d’arriver à la décision finale. C’est le mauvais côté d’être sélectionneur. Je ne peux pas faire plaisir à tout le monde. Je fais des choix et je les assume », expliquait le sélectionneur hier soir. Conscient de l’impact de ses choix, le Bayonnais n’a donc pas hésité à l’heure de trancher et de faire plusieurs déçus. Et des joueurs frustrés, il y en a pas mal.

Le gros coup dur pour Rabiot et Lacazette
À commencer par les suppléants. Hormis un pépin physique d’un ou de plusieurs éléments présents dans la liste des 23 d’ici le 4 juin (date de la liste définitive), aucun des onze « plans B » retenus par DD ne s’envolera pour la Russie (Wissam Ben Yedder, Kingsley Coman, Lucas Digne, Benoît Costil, Mathieu Debuchy, Alexandre Lacazette, Anthony Martial, Adrien Rabiot, Mamadou Sakho, Moussa Sissoko, Kurt Zouma). Onze noms parmi lesquels figurent les plus grands perdants de la soirée d’hier, à savoir le Parisien Adrien Rabiot, qui paie son manque d’implication et des performances moyennes en bleu, et le Gunner Alexandre Lacazette. Non convoqué depuis son excellent match face à l’Allemagne en novembre 2017, l’ancien Lyonnais était pourtant revenu en forme en fin de saison avec Arsenal (8 buts lors de ses 10 derniers matches, toutes compétitions confondues). Au final, il va rater sa troisième grande compétition après le Mondial 2014 et l’Euro 2016.

Idem pour Lucas Digne. Sans cesse appelé malgré son faible temps de jeu au FC Barcelone, le latéral gauche a fini par payer très cher sa situation sportive en Catalogne. Brillant face à l’Allemagne, Anthony Martial avait frappé fort et s’était repositionné dans la course avant de faire lui aussi les frais de son faible temps de jeu. Quant à Kingsley Coman, c’est un état de forme jugé insuffisant depuis sa blessure à la cheville qui lui a été fatal. Enfin, Moussa Sissoko, héros malheureux de la finale de l’Euro 2016, n’a cette fois-ci pas profité de son statut de « soldat préféré » de Deschamps pour se faire une place parmi les 23.

Benzema définitivement tricard, Lenglet et Laporte zappés
En ce qui concerne les « autres absents », à savoir ceux qui ne sont même pas dans la liste des suppléants, là encore il y a du beau monde. Outre les blessés de dernière minute que sont Laurent Koscielny et Dimitri Payet, Karim Benzema, Clément Lenglet, Geoffrey Kondogbia, Aymeric Laporte ou encore Layvin Kurzawa peuvent eux aussi nourrir de regrets, à différents degrés. Parti pour disputer sa troisième finale de Ligue des Champions consécutive avec le Real Madrid, Benzema savait qu’il n’avait aucune chance de revenir en grâce, mais les observateurs gardaient un infime espoir de réconciliation. Non convoqué, le Merengue n’a donc pas vécu une terrible désillusion. Pareil pour Kurzawa.

Certes, le Parisien avait été convoqué en novembre dernier chez les Bleus, mais ses prestations très médiocres avec le PSG et l’avènement de Lucas Hernandez lui avaient donné de sérieux indices sur son programme estival. Pour ce qui est de Kondogbia, si son absence étonne en Espagne où il réalise une très bonne saison avec Valence, la date de sa dernière sélection, en 2015, ne lui laissait que très peu d’espoirs. Enfin, si Deschamps a expliqué avoir privilégié l’option Adil Rami en raison du profil de droitier du Marseillais (pour doubler Varane), Lenglet et Laporte (tous deux gauchers) peuvent tout de même s’étonner de ne même pas figurer dans la liste des suppléants, contrairement à un Mamadou Sakho (gaucher lui aussi) dont la saison est loin d’avoir été aussi brillante que celle du Sévillan et du Citizen. Mais Deschamps a prévenu : il ne peut pas faire plaisir à tout le monde.
FOOTMERCATO


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.