ANNONCE

Différence entre un lutteur dans l’arène et un mannequin sur le podium, aucune d’après les femmes

ANNONCES

lutteur-mannequin-620x338-620x330

Différence entre un lutteur dans l’arène et un mannequin sur le podium, aucune d’après les femmes, Par Par Serigne Babacar Dieng
S’il y a un métier controversé et reconnu dans le pays de la Téranga, réservé exclusivement aux jeunes plus particulièrement aux femmes, c’est être mannequin qui n’est rien d’autres qu’une personne chargée de présenter les collections des couturiers comme Diouma Dieng Diakhaté ou Collé Sow Ardo, l’équivalent de son homonyme qui est en forme humaine que l’on utilise pour confectionner et présenter des vêtements.

Ce pendant, ce n’est pas le parfait amour qui règne entre les mannequins et l’opinion publique.
Depuis l’avènement du mannequinat au Sénégal, les top-modèles subissent des préjugés à l’outrance de la part de certains sénégalais soi-disant qu’elles ne sont pas des «modèles» à suivre, tant de reproches alors que les lutteurs tels que Balla Gaye 2, Modou Lô, Eumeu Sène s’affichent torses nus comme si la société cautionnait leur «habillement» dans l’arène et non celui des mannequins sur les estrades.

La preuve, les photos osées et sexy de Mya de la série «Un Café Avec» avait affolé les internautes. Elle s’était fait remarquer sur la toile avec des clichés affichant une nudité partielle en se glissant dans une lingerie provocante devant un public sans doute tenu en haleine.

Par contre, la volonté interrompue du Chef de l’Etat d’interdire le port de la Burka avait continué de s’intensifier dans l’émission Diné ak Diamono. En effet, Sidy Lamine Niasse avait invité le Président, Macky Sall, à savoir raison garder car s’il interdisait le Hidjab (port du voile), il ne devrait pas ensuite fermer l’œil sur l’habillement sexy des jeunes sénégalaises comme le «Dioumbax Out».

Comme si le Mollah de Khar Yalla voulait lui signifier qu’on est dans un pays laïc, ce qui revient à dire aussi que le port vestimentaire de l’homme et de la femme ne doit pas être réglé par la religion, même si certaines croyances inculquent à toute femme de cacher ses parties intimes.

ANNONCES

Ce pendant, c’est tout le contraire pour les lutteurs qui rentrent dans l’arène juste avec leur Ngimb laissant apparaitre leurs pectoraux, biceps et montagnes de muscles.
Généralement, cela ne dérange pas leurs semblables males mais est-ce que cela ne heurte pas la sensibilité de certaines femmes comme certains hommes le sont quand ils regardent les mannequins défiler sur une plate-forme en Bikini ou en Mini-jupe par exemple.

Alors pourquoi donc lorsqu’un mannequin montre juste une partie de sa cuisse sur le podium, tout le monde lui tire dessus, évacuant toute sa colère, ce n’est pas juste en fin de compte.
Il faut voir certains lutteurs déambuler dans l’enceinte avant le coup de sifflet de l’arbitre pour nous rendre compte qu’ils sont aussi des «mannequins» comme elles.

D’ailleurs, les mannequins devraient mettre sur pied une association dénommée «Mannequinat, un métier noble et digne», de préférence, présidée par Adja Diallo qui a su tenir tête à toutes sortes d’attaques durant sa carrière émaillée de succès de par le monde, pour fustiger leur amertume face à cette injustice qu’elles ne peuvent plus supporter et qui bloque l’expansion de leur métier par rapport aux Etats-Unis et la France car à leurs yeux, c’est un art de montrer ses rondeurs d’autant plus que c’est leur liberté.

Tant de filles rêvent un jour de se munir sans gène, de maillot de bain en deux pièces comme le font les Toubabs à la plage mais elles sont hélas obligées d’enrôler leurs parties généreuses avec un foulard pour ne pas essuyer les critiques négatifs de la part des hommes.

En tout état de cause, on ne sait pas qui a tort et qui a raison entre les hommes et les femmes, mais il y a une nette ressemblance entre un mannequin en Bikini sur le podium et un lutteur en Ngimb dans l’arène, c’est l’apparence physique n’est-ce pas les filles…

Serigne Babacar Dieng
diengserignebabacar@gmail.com

ANNONCES

App mobile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages de cet article