PUBLICITE

Côte d’Ivoire : Un infirmier a fait chat noir sur la mère d’un patient, et il n’est pas à son premier forfait (Les faits)



Lorsqu’elle se réveille plus tard, dame A.N.D remarque la présence d’un liquide séminal en abondance, dans sa partie intime. Ses soupçons se tournent immédiatement vers l’infirmier avec qui elle a eu le dernier contact.

Côte d'Ivoire : Un infirmier a fait chat noir sur la mère d'un patient, et il n'est pas à son premier forfait (Les faits)

C’est un véritable scandale qui est enregistré au Chr de Yamoussoukro. Un infirmier répondant aux initiales de A.L, est accusé d’avoir, au sein même de l’établissement, violé dame A.N.D, la mère d’un jeune patient.

Cet événement regrettable se serait produit il y a quelques jours, aux alentours de 10h. Mais de quoi s’agit-il ? Plusieurs versions nous sont rapportées par des sources. La toute première explique que dame A.N.D. était venue accompagner son enfant malade. Et pendant qu’épuisée, elle s’est assoupie près de son fils malade, elle a été violée par l’agent de santé qui a profité de l’absence momentanée de ses collègues. Il était en pleine galipette, quand K.N.D, le mari de la femme, venu s’enquérir de l’état de santé de son enfant, le surprend.

Le « cocu », assez furieux, s’en est violemment pris à l’infirmier en le passant copieusement à tabac. Ce sont les bruits de la bastonnade qui attirent toute une foule de curieux. Et c’est le scandale. Mais à côté de cette version, existe une autre qui explique, sans plus de précision, que dame A.N.D. dont nos sources n’indiquent pas les motivations de la présence au niveau du service des urgences chirurgicales, s’est retrouvée dans la salle de garde dudit service. Le sieur A.L en aurait profité à coup de baratin, pour la droguer au Valium. Puis, la bonne dame dormant, il lui fait subir le test du Vih/Sida, pour s’assurer qu’elle est saine. Et constatant qu’il n’y avait pas de danger pour lui, il abuse d’elle sexuellement.

Lorsqu’elle se réveille plus tard, dame A.N.D remarque la présence d’un liquide séminal en abondance, dans sa partie intime. Ses soupçons se tournent immédiatement vers l’infirmier avec qui elle a eu le dernier contact. Ne pouvant admettre d’être ainsi souillée, elle saisit aussitôt son mari. Ce dernier entre en contact téléphonique avec le mis en cause qui l’aurait carrément rabroué, non sans lui proférer des menaces. Le mari indigné, fait éclater l’affaire au grand jour en saisissant les autorités compétentes et surtout les responsables de l’hôpital.

Comme une traînée de poudre, avec parfois des commentaires erronés, l’information inonde la ville de Yamoussoukro. Toujours, selon les informations portées à notre connaissance, la direction du Chr qui s’est aussitôt saisie de l’affaire, a dressé son rapport qu’elle a vite adressé à la Direction régionale de la santé et de la lutte contre le Sida, qui à son tour, a rapidement pris des mesures conservatoires. Notamment la suspension de service de l’agent gravement mis en cause. Non sans en informer la Direction générale de la santé à charge de prendre à temps voulu les mesures disciplinaires qui s’imposent en pareilles circonstances.

Rappelons que cet infirmier en cause, n’a pas bonne presse au Chr où il est également accusé de se livrer à des abus sexuels sur des personnels médicaux. Et plus particulièrement sur des filles de salles et autres aides-soignantes, venues en stages pratiques. Vrai ou faux ? En tout cas, A.L qui totalise une vingtaine d’années de service dans ce centre hospitalier, croule depuis cette affaire, sous le poids de toutes les invectives.

Notons que K.N.D, le mari de la femme présumée violée, aurait régulièrement porté plainte contre le mis en cause et attend fermement que l’affaire sale soit tirée au clair.



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.