PUBLICITE

Cité Kora Fall sise à Rufisque: Mbathio envoûté et violé par le …



Agé seulement de 28 ans, le charlatan Daly Bâ a envoûté et violé une femme mariée. La plaignante voulait que le marabout lui formule des prières pour consolider son mariage. A sa grande surprise, ce dernier a utilisé ses connaissances pour tout simplement l’abuser sexuellement. Les faits se sont déroulés à la cité Kora Fall sise à Rufisque.

Le charlatan violeur, D. Bâ, a comparu, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Mais, son procès a été renvoyé jusqu’au 6 mars prochain pour la comparution de la partie civile.

Les faits : La victime Mbathio Guèye, une femme mariée, a expliqué aux limiers que dans le but de consolider son mariage, elle s’en était ouverte à une copine qui l’a amenée voir un marabout domicilié à la Cité Kora Fall de Rufisque. Sur place, la dame a expliqué au marabout Daly Bâ son problème, et ce dernier a décidé de lui prodiguer des prières moyennant la somme de 20.000 francs. Sur ce, il a demandé à la dame de repasser dans la matinée du samedi 13 janvier. Le jour-j, la dame se présente seule au domicile du marabout avec la somme de 7.000 francs. Ce dernier l’a accueillie avant de lui ordonner à s’asseoir sur un bidon de 20 litres, rempli à moitié d’eau. « Il m’a réclamé de l’argent et je lui ai remis 7.000 francs. Il m’a demandé de patienter le temps qu’il revienne. Le marabout prend une tasse et entre dans un petit local. Il récite quelques versets et y verse des substances mystiques. Il me demande mes prénom et nom puis, soulève la tasse et fait semblant de la verser. Légèrement, il percute la tasse sur ma tête et me présente des excuses. Il m’a aspergée le liquide sur la face », a-t-elle narré. Avant de poursuivre : « c’est ainsi que j’ai commencé à perdre connaissance. Il me ferme les yeux et commence à rabaisser mon pantalon. J’ai voulu me défendre et crier, mais je ne pouvais rien faire, comme si j’étais hypnotisée. Dès qu’il m’a déshabillée, il s’est mis à me violer car j’étais sans aucune défense. Lorsque je rentrais, je ne pouvais prononcer aucun mot. C’est à la maison que j’ai commencé à parler. J’ai été aux toilettes pour uriner. C’est ainsi que j’ai constaté que le sieur Bâ avait éjaculé sur moi ».

Le charlatan avait tenté le coup avec une autre dame

Chez elle, Mbathio a expliqué son mésaventure à son mari Ousmane qui a décidé de l’amener à l’hôpital. Où étant, elle a été orientée vers la police. Une réquisition « par la loi » lui a été délivrée en charge de se présenter au centre hospitalier Youssou Mbargane de Rufisque pour une consultation gynécologique. Le certificat médicat a fait état de suspicion d’abus sexuel chez une femme de 22 ans. L’examen gynécologique révèle aussi des lésions hyménales anciennes. C’est ainsi que le marabout a été mis aux arrêts. Interrogé sommairement, le mis en cause, né en 1989, a nié en bloc les faits. «Je ne reconnais pas les faits. Parce qu’on était d’accord pour 20.000 francs, elle m’a remis 7.000 et je l’ai demandé de me rapporter le reliquat avant que je ne statue sur son cas. Elle m’a appelé au téléphone pour me dire qu’elle amenait mon argent. Je suis resté à la maison à l’attendre et à ma grande surprise, elle y descend avec des policiers pour m’interpeller et m’amener à la police pour un motif que j’ignore. Elle raconte des histoires, je ne lui ai rien remis ni fait », a-t-il dit aux enquêteurs. Malgré les déclarations du mis en cause, les policiers ont effectué une descente chez lui avant de découvrir le lot de fil à coudre et de l’herbe (Xa-xam) ainsi qu’une bouteille de Kirène d’1,5 litre où est gardée la substance mystique que le mis en cause avait aspergé à la victime. Sur les lieux, les policiers ont été abordés par une dame préférant garder l’anonymat. Elle soutient s’être présentée au domicile du marabout. Ce dernier voulait qu’elle entretienne une relation sexuelle avec lui pour guérir sa maladie. Elle s’y était opposée avant de quitter les lieux. C’est au regard de tous ces éléments que le marabout Daly Bâ a été placé en position de garde à vue pour charlatanisme et viol sur une femme mariée. Il devait être jugé hier, mais son procès a été renvoyé jusqu’au 6 mars prochain pour la comparution de la partie civile.

Cheikh Moussa SARR

rewmi.com


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.