ANNONCE PUBLICITE

Affaire du mariage annulé parce que le marié ne souriait pas sur 88 photos : Voici pourquoi l’homme ne souriait pas

ANNONCE

Affaire du mariage annulé parce que le marié ne souriait pas sur 88 photos. Nous savons pourquoi l’homme ne souriait pas

Les juges de la cour d’appel d’Aix-en-Provence viennent d’annuler un mariage, parce que le marié ne souriait pas assez sur les photos, rapporte La Provence.
88 photos de mariage

Elle comprend qu’il s’est en réalité marié pour obtenir des papiers français. Mais lorsque celui-ci a le culot de demander le divorce, c’en est trop. Malika se décide à faire annuler le mariage devant la justice. La cour d’appel lui a donc donné raison, relevant notamment que le mari ne souriait pas sur les 88 photos versées au dossier… par ses propres soins

Saisis pour une demande d’annulation de mariage, les juges ont donné raison à la plaignante, après avoir constaté que le marié ne souriait sur aucune des photos prises le jour de leur union.

ANNONCE

Elle pensait réaliser un vrai mariage d’amour, il ne pensait qu’à ses papiers. Le 10 décembre 2005, une Marseillaise de 48 ans nommée Malika, se marie avec un homme rencontré sur son lieu de travail. Peu après leur union, Malika se rend compte que celui-ci ne la regarde plus, devient agressif et même violent, révèle La Provence.

Elle devine alors qu’il ne s’est marié avec elle que pour obtenir des papiers et pouvoir séjourner en France: « J’ai servi d’appât pour lui permettre d’obtenir un droit de séjour en France », explique Malika au quotidien régional.

Le mari avait lui-même fourni les photos

Lorsque son mari demande le divorce, elle décide de contre-attaquer en demandant une annulation du mariage, qu’elle a obtenue il y a quelques jours. La cour d’appel d’Aix-en-Provence, chargée de l’affaire, a analysé près de 90 photos du mariage de Malika. Sur ces clichés, les juges se sont aperçus que le marié souriait « à peine ». Pire encore, il ne regarde même pas son épouse « sur les photos où le couple est seul », comme l’expliquent les juges dans leur décision. Un mauvais calcul du marié, qui avait lui-même fourni les photos à la justice.

Si l’histoire peut paraître cocasse, il n’en est rien pour la plaignante. L’avocate de Malika estime que c’est une « escroquerie aux sentiments », et un « mariage gris ». « Lorsque l’un des époux joue le jeu de la séduction à l’autre pour des raisons administratives, cela crée des désastres dans la vie privée du futur conjoint utilisé comme un passeport », assure l’avocate de Malika à La Provence.

ANNONCE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*